Je m'abonne au flux d'actualités

Observatoire régional Emplois et métiers

29 août 2018

Observatoire régional Emplois et métiers

Les résultats de la 1ère édition

Le Pôle Compétences & Missions du Conseil régional (PCMA) a établi un observatoire régional « Emplois et métiers - Salariés des structures d’expertise comptable » dans le cadre d’une démarche prospective relative au cabinet d’expertise comptable d’aujourd’hui et de demain (horizon 2020-2025). Cet état des lieux réalisé avec l’appui d’Agefos-PME vise à permettre au Conseil régional, d’une part, de mieux agir sur le court terme pour faciliter les recrutements des cabinets et d’autre part, d’identifier les mutations à plus long terme des métiers (et donc des compétences).
Les enseignements de cette 1e édition sont sans réelles surprises quoi que…

L'OBSERVATOIRE EN VERSION INTÉGRALE

RECRUTEMENT

Confirmation d’une forte demande des cabinets sur des niveaux bac+3 et de la nécessité de parfaire son image employeur
50% des cabinets déclarent qu’ils sont en recherche de collaborateurs. Parmi ceux qui ne le sont pas encore, plus de 50% affirment qu’ils ont un projet de recrutement dans les 6 mois. L’expertise comptable est donc un secteur pourvoyeur d’opportunité d’emplois mais qui éprouve des difficultés à recruter !
Pour la majorité d’entre vous, il ne faut pas se voiler la face, ce problème est d’abord spécifique au secteur de l’expertise comptable et lié à une attractivité insuffisante des postes proposés en cabinet. Néanmoins, les répondants estiment aussi que la plupart des autres secteurs d’activité sont confrontés au même casse-tête du recrutement ce qui est paradoxal sur un marché du travail avec 385 000 demandeurs d’emploi catégorie A en Occitanie. Un autre élément mis en avant concerne l’absence ou l’insuffisance d’une formation initiale adaptée sur certains bassins économiques ce qui est très pénalisant pour la dynamique des zones géographiques concernées ; la métropolisation aspire les jeunes et les étudiants.
Pour une très large majorité des cabinets, le bon niveau de recrutement d’un collaborateur comptable responsable d’un portefeuille de clientèle est le DCG ou équivalent Bac+3. Et entre le diplôme, les capacités relationnelles et l’état d’esprit, c’est d’abord ces deux derniers critères qui comptent, les experts-comptables étant tout à fait disposés à proposer un parcours technique d’intégration aux nouveaux embauchés.
Sans surprise, les candidatures spontanées, le bouche à oreille et le réseau constituent les trois principaux canaux utilisés pour recruter.

EFFECTIFS ET MÉTIERS

L’ADN des cabinets est d’abord comptable, fiscal et social. Les nouveaux services aux clients passent par des compétences renforcées et l’aptitude relationnelle des collaborateurs.
La pyramides des âges des salariés des cabinets ne semble pas être actuellement un problème. Un quart des cabinets répondants va enregistrer un départ en retraite d’un collaborateur dans les 3 ans ce qui permet d’anticiper et de s’organiser.
Trois quarts des cabinets sont principalement composés à plus de 50% de collaborateurs comptables. Un autre pôle important d’activité est le social ; presque la moitié des cabinets répondants (42%) affirment que l’effectif des collaborateurs en charge spécifique du social est compris entre 20 et 50%.
Les collaborateurs qui délivrent du conseil facturable en part prédominante restent très peu nombreux (seuls 6,53% des répondants affirment qu’ils représentent plus de 20% de leur effectif).
Corrélativement, la part de la mission comptable reste très largement prédominante suivie par la mission sociale. Pour 60% des répondants, les missions juridiques représentent moins de 10% du CA du cabinet.
Quid du Conseil facturé de façon spécifique ? Pour 2/3 d’entre vous, ces missions représentent moins de 5% du CA et pour 1/3 entre 5 à 15%. Il conviendra de suivre avec attention comment ces chiffres évolueront à l’avenir.
Pour faire progresser les collaborateurs, vous affirmez qu’il faut d’abord leur faire acquérir de nouvelles compétences. Une bonne partie d’entre vous pointe aussi du doigt la nécessité de développer les aptitudes relationnelles des collaborateurs et de leur dégager davantage de temps pour faire de l’écoute et du contact client.
Le plan de formation est une réponse essentielle. Actuellement, il reste très largement axé sur des actions d’adaptation au poste de travail et d’entretien des connaissances déjà existantes en matière comptable, fiscale et sociale. Les formations de nature comportementale sont assez peu proposées aux collaborateurs ce qui est paradoxal au point précédent.
Enfin, la profession a bien conscience qu’elle vit des changements importants : 3/4 d’entre vous affirment que le chiffre d’affaire du cabinet ne se développera pas et aura même du mal à se maintenir si le cabinet ne s’inscrit pas dans une dynamique de transformation et d’évolution.

Voir toutes les actualités| Retour à l'accueil